Jean-Pierre ANDREVON
( 19/09/1937 - )

Ecran fantastique n°300

Ecran fantastique n°299

Ecran fantastique n°248

Ecran fantastique n°200

Ecran fantastique n°134

Ecran fantastique n°100

Ecran fantastique n°76

Ecran fantastique n°27

Ecran fantastique n°17

Ecran fantastique n°9

Jean-Pierre Andrevon est nait à Jallieu (Isère) et a deux ans lorsque la guerre éclate. Après des études secondaires avortées, il travaille de 16 à 20 ans aux Ponts et Chaussés.
Ses lectures de science-fiction, ses premières compositions picturales et ses premiers textes de chansons développeront son esprit créatif et son envie de 'toucher à tout'.

En 1957, il entre aux Arts Décoratifs de Grenoble. Il produit alors ces premières critique de cinéma, dans la publication de l'AGEG dont il sera responsable, pendant trois ans.
Diplômé Certificat d’Aptitude à l’Enseignement ( CAFAS ), il enseignera un an avant d'aller faire son service militaire en Algérie, où la guerre se termine (1963 - 64).
Il reprendra, à son retour, un poste d'enseignant jusqu'en 1969. Mais une "compression des postes artistiques" l’oblige à devenir écrivain à temps plein.

Parallélement à ces cours, Jean-Pierre Andrevon poursuit et developpe de nombreuses activités artistiques: pigiste dans l'édition grenobloise du Progrès de Lyon (1964), critique de cinéma, peinture, auteur-compositeur-interprète... et en 1967, Jean-Pierre Andrevon rencontre Alain Schlockoff qui vient de lancer son fanzine L'Ecran Fantastique. Il publiera ainsi plus régulièrement des critiques de cinéma et même quelques nouvelles et dessins dans ce qui deviendra une mythique revue.
Entre 1966 et 1968, il crée et dirige une section du Ciné-club universitaire, le Midi-Minuit.

Bien sûr, sa passion pour la littérature et la science-fiction va lui permettre de faire évoluer la L'Ecran Fantastique. Ainsi, il s'occupera rapidement de la partie littéraire (L'Antre de la folie) de la revue. Depuis il a été rejoint, dans cette rebrique par Claude Ecken.

Entre 1983 et 1989, Andrevon participe à la direction et aux activités du Centre de Création Littéraire de Grenoble, maison d’édition associative, où il publie nouvelles, poèmes, posters, cartes postales. Cette période marque son retour à la peinture, abandonnée depuis 1975.

Jean-Pierre Andrevon reste avant un auteur et romancier de science-fiction reconnu,avec trois ou quatre ouvrages (romans, recueils de nouvelles, travaux en commun) par an. Ecologiste convaincu, il a écrit des souvenirs de jeunesse, en 1993, sous le titre de Je me souviens de Grenoble aux editions Curanda et une suite en 2001 Il y avait des marrons et des hannetons/Je me souviens de Grenoble 2 aux Presses Universitaires de Grenoble .

Il a collaboré a de nombreuses revues:

Il réalisera deux courts-métrages en 1971 et 1977 et en 2007, sous l'amicale impulsion de Sirieix (du groupe Trois Fois Rien), il réalise son premier CD "Vol.1: Je viens d'un pays", comprenant 14 titres originaux et une reprise (hommage à son mentor musical Stéphane Golmann). Il récidive en 2009 avec "Vol.2: les Gens", toujours avec Sirieix (label associatif Vecteurs Bis).

Un numéro spécial de la revues Galaxies est concadré à Jean-Pierre Andrevon.




Nota: Son portrait a été conçu avec des informations issues de son site personnel et de la page qui lui est consacrée sur Wikipédia. .

QUELQUES OUVRAGES

Plus de 135 à ce jour


Liens concernant la revue

Liens internes

Lire nos entretiens du 24 juillet 2009 et du 24 août 2010.

Liens externes

Son site officiel