Méhdi AÏT-KACIMI

Cahier Louis Lumière n°07



Cahier Louis Lumière n°06



Cahier Louis Lumière n°05



Cahier Louis Lumière n°04



Cahier Louis Lumière n°03



Cahier Louis Lumière n°02



Cahier Louis Lumière n°01

Méhdi AÏT-KACIMI, le directeur de la communication et du développement de l'Ecole Nationale Supérieure Louis Lumière a bien voulu répondre à nos questions lors de la création de la page consacrée aux Cahiers Louis Lumière.

Depuis 2003, vous réalisez et éditez un "Cahier" annuel au sein de l'École Nationale Supérieure Louis-Lumière. Parlez-nous de la conception, de la répartition des sujets et de l'objectif de cette publication.

Les "cahiers" ont été conçus pour servir de vecteur de visibilité aux travaux des enseignants chercheurs de l'Ecole (ou non) mais également aux praticiens de l'image et du son. L'objectif est d'être une revue scientifique, au sens universitaire du terme, mais pas celle d'une science grise. Au contraire, nous cherchons toujours à associer le discours sur l'art avec l'expérience de l'art. Nous faisons de la place aux images et à la pratique pensée. Nous honorons la technique pour ce qu'elle est : une collaboratrice essentielle de la création.

Comment et où s'effectue la distribution de ce cahier?

Le cahier est diffusé par les Scope éditions.
Ils sont disposnible dans toutes les bonnes librairies ou directement sur commande auprès de l'Ecole : com@ens-louis-lumiere.fr.

D'autres revues comme Vertigo (École Supérieur de St-Cloud) ou Tausend Augen (Université de Lille III) ont une périodicité trimestrielle. Votre périodicité est un choix financier ?

Oui et non. Nous faisons des appels à contribution, nous organisons des colloques. Ce sont des processus qui prennent du temps et qui ne permettent pas que notre revue paraisse plus fréquemment, en dehors du fait que c'est un bel objet et que nous ne pouvons pas nous permettre financièrement plusieurs numéros par an.

Pourquoi ne livrez-vous pas un DVD avec les travaux des étudiants avec votre revue ? Cela permettrait d'aborder la notion de son et d'image et de façon plus pratique.

C'est une bonne question. Nous y réfléchissons. Si nous décidons de publier certains mémoires de diplôme, alors probablement nous joindrons les travaux correspondants. Ceci dit, les travaux photographiques des étudiants constituent toujours la part illustrative, visuelle de la mise en page du «cahier». L'Ecole Nationale Supérieure Louis-Lumière n'est pas qu'une école de Cinéma.

Justement parlez nous de l'École Nationale Supérieure Louis Lumière

En quelques mots, voici sa « fiche d'identité ». C'est une grande école publique dédiée aux métiers du cinéma, de la photographie et du son. Elle propose une formation initiale professionnalisante, à la fois théorique et pratique, technique et artistique. Placée sous la tutelle du Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche, c'est un établissement public d'enseignement supérieur qui recrute à Bac +2 par voie de concours. Elle dispense un enseignement dans le cadre de trois sections - cinéma, son, photographie - sanctionné par un diplôme de niveau Bac + 5. La scolarité est gratuite. L'Ecole compte 150 élèves répartis par promotions de 16 dans chaque section.
L'ENS Louis-Lumière participe également à des activités de recherche appliquée et de formation professionnelle continue (stages courts) dans ses domaines de formation.

Propos recueillis par JLuc G, en septembre 2010
copyright ©2006-2010 / Revues-de-cinema.net