SEVEON Julien

Categorie3



Lucio Fulci




Blaxploitation



Score Asia n°1



Mad Asia n°01



Mad Asia n°02



Mad Asia n°03



Mad Asia n°04



Mad Asia n°05



Mad Asia n°06



Kumite n°18



Kumite n°9

Julien Sévéon, a bien voulu répondre à nos questions et revivre pour nous, ces débuts les aventures de Mad Asia, Score Asia... et son rôle de directeur de la collection "CinExploitation" aux Editions Bazaar & Co.

Quelles études avez-vous suivies ? Pendant votre scolarité, avez-vous eu des activités dans le cinéma ?

J'ai suivi des études de journalisme. Je n'ai eu aucune activité dans le cinéma durant mes études.

En 1998, vous éditez un site East Side Stories et un fanzine. Une bonne expérience et de bons souvenirs ?

De très bons souvenirs !
Faire un fanzine demande beaucoup de travail, entre l'écriture, la maquette, la distribution... C'est une expérience passionnante car on supervise soit-même toute la conception du journal. Il y aussi une liberté totale d'écriture, pas de limite de signes pour les textes, on peut s'exprimer comme on le désire. Je ne garde que de bons souvenirs de ESS. Je ne me suis par contre jamais vraiment occupé du site internet qui n'était qu'une façade pour le zine.

Comment êtes-vous entré dans l'équipe de MAD MOVIES ?

Assez simplement, j'envoyais le fanzine à Damien Granger, qui était alors rédac chef, on s'est rencontré plusieurs fois, je lui ai proposé de faire une rubrique sur l'actualité des cinémas d'Asie, il a accepté... Et voilà!

En quoi consiste votre rôle ? Comment s'organise le travail au sein de la rédaction ?

Je m'occupe des Notules Asiatiques dans chaque numéro. Ensuite, tout dépend de la place que l'on m'accorde pour parler de l'actualité, de faire des previews etc.

Pouvez-vous nous parler de MAD ASIA ? Pourquoi cette aventure s'est arrêtée ?

Avec Mad Asia, j'ai d'une certaine façon voulu continuer l'idée motrice qui était derrière East Side Stories. C'est à dire parler des cinémas d'Asie dans leur globalité et pas me cantonner aux trois Chines et au Japon, comme c'est souvent le cas. L'accent étant bien évidemment mis sur le cinéma de genre, même si il nous est arrivé de déborder régulièrement vers un cinéma plus « établi ». Le but était d'osciller entre l'actualité des sorties française et asiatiques, présenter des films peu connus, faire des portraits de figures importantes de la pop culture asiatique (Golden Bat, Golgo 13...), jouer avec l'actualité des sorties françaises pour ouvrir des dossiers sur des thématiques particulières (polars asiatiques, films trashs...) et ainsi ouvrir de nouvelles portes de découvertes en présentant des films peu ou moins connus. L'équipe était constituée de passionnés qui connaissent vraiment bien leur sujet. L'aventure s'est terminée d'une certaine façon par manque de lecteurs, même si le fond est un peu plus compliqué. En fait, les DVD que l'on avait achetés pour offrir avec les numéros 1 et 2 étaient soldés en grand magasins en même temps que le magazine sortait. Bien évidemment, nous n'avions pas été mis au courant par le distributeur et on s'est donc retrouvé avec un stock important de DVD invendus sur les bras. Donc, on avait un rythme de croisière suffisant au niveau lecteur pour continuer l'aventure, mais on n'a en fait jamais vraiment réussi à se relever des pertes occasionnées par ces deux premiers DVD. En tout cas, je suis content, on a quand même sorti un autre numéro avec un DVD (avec Bac Films), un petit bijoux du genre : Dracula au Pakistan !
Les retours sur Mad Asia auront été très bons, tout aussi bien de la part des professionnels (distributeurs, éditeurs...) que des lecteurs. Mad Asia reste aussi un très bon souvenir, même si son arrêt aura bien évidemment été un peu dur à encaisser.

Vous retentez l'expérience d'un nouveau magazine avec SCORE ASIA, en 2007

Oui, Score Asia, qui se veut une sorte de variation asiatique de Score. De nouveau, ce sont des problèmes liés au DVD qui nous pousseront à arrêter après le premier numéro. Là aussi les retours sont très bons, les résultats de vente sont même légèrement meilleurs que sur Mad, mais l'une des conditions sine qua non de l'éditeur pour que l'aventure continue, c'est que l'on ait un DVD inédit à offrir à chaque numéro. Pour le premier, on avait proposé, avec Kubik, Love Battlefield de Soi Cheang, un excellent polar hongkongais réalisé par l'un des plus talentueux cinéastes de l'ex-colonie britannique. J'étais aux anges de pouvoir offrir au public français un tel film, pour moins de 10 euros en plus ! Hélas, nous n'avons pas trouvé d'éditeur pour continuer l'aventure avec nous, donc tout s'est arrêté là. Dommage, dommage...

Parlez-nous de votre rôle de directeur de collection aux Éditions BAZAAR & CO.

Je suis en charge de la collection cinExploitation, dont la ligne directrice est le cinéma populaire. Trois volumes sont pour l'instant sortis : Blaxploitation 70's Fever, que j'ai écris ; Tolérance Zéro de Fathi Beddiar et Lucio Fulci, un ouvrage collectif. Les retours sur les différents livres sont tous positifs et les ventes suivent bien. On en est déjà à la seconde édition de Blaxploitation et le Lucio Fulci est épuisé.
Les prochains titres prévus sont : BO de genre, un ouvrage collectif sur la musique des films populaires (blaxploitaiton, kaiju eiga, western italien, giallo et vigilante movies) et un autre sur le Péplum Italien. Plein d'autres titres sont en liste d'attente, mais ensuite tout dépend des disponibilités des différents rédacteurs. En tout cas, je reste ouvert à toutes les propositions, donc n'hésitez pas à me faire parvenir vos manuscrits !

NDLR: un lien sur le site de l'éditeur.

AVous avez écrit pour d'autres revues ou fanzines ?

En fait, avant d'écrire dans la presse française, j'ai commencé par écrire dans la presse anglo-saxonne (US, Angleterre et Australie). J'ai collaboré à différentes mags comme Asian Cult Cinema ou Darkside. En France, j'ai écrit dans Animeland, Kumite, Starfix nouvelle génération, Japan Mania, DVDvision... J'ai par ailleurs collaboré à plusieurs autres ouvrages : Le cinémas thaïlandais, publié par Asiexpo ; Les nombreuses vies de Conan et Zombies !, tous deux chez Les Moutons électriques ; Film + Travel - Europe, édité par Museyon Guide.

Vous avez un ou plusieurs livres en préparation ? (en tant que directeur de collection et d'auteur).

J'ai toujours plusieurs livres en préparation ! Une bonne dizaine même... C'est trop, mais j'ai besoin de jongler sur plusieurs projets en même temps histoire de ne pas m'asphyxier et de me changer les idées. Mais là, je suis principalement en train de travailler sur un ouvrage dédié à la Shaw Brothers qui devrait sortir fin 2011 chez Bazaar & Co. Ce livre couvrira toute l'histoire cinématographique de la famille Shaw des années 20 au milieu des années 80, de la Chine Populaire à Hong Kong, en passant par la Malaisie, le Japon, la Corée du Sud...
Sinon, la seconde édition, entièrement revue et très largement augmentée du Cinéma enragé au Japon vient tout juste de sortir chez Rouge Profond. Concernant cinExploitation, beaucoup de titres sont actuellement en chantier et je travaille avec différents rédacteurs pour essayer de tout planifier et arriver à établir une date de sortie qui conviendrait à tout le monde. Parmi les projets plus ou moins proches, il y a un livre sur Roger Corman et un autre sur le chambarra. Puis de nombreux autres qui sont dans des phases de développement diverses, concernant certains cinéastes (un américain et un japonais en particulier), des thématiques, etc.
De toute façon, ce ne sont pas les idées qui manquent et dans le monde de l'édition française, il y a encore tout à faire dans le domaine du cinéma de genre.

Quelles sont les actions, fonctions ou articles (pour le cinéma) dont vous êtes le plus fière.

Je suis perpétuellement à la recherche de nouvelles choses. Des films méconnus, des cinéastes oubliés... L'une de mes plus grandes satisfactions, c 'est lorsque je croise des gens qui me disent que l'un des mes papiers ou livres leur a fait découvrir tel film ou tel cinéaste qu'ils ne connaissaient pas. Là, je me dis que j'ai réussi mon « boulot ».

Propos recueillis par JLuc G, en août 2010
copyright ©2006-2010 / Revues-de-cinema.net