Daniel

Cheribibi n-04



Cheribibi n-03



Cheribibi n-02



Cheribibi n-01



Cheribibi n-03



Cheribibi n-02



Cheribibi n-01



Cheribibi n-03



Cheribibi n-04

Daniel, le rédacteur en chef, nous a accordé un entretien en attendant la sortie du n°4. Patience... toute l'équipe nous concocte un numéro sûrement exceptionnel.

Pourriez-vous vous présenter à nos lecteurs.

Bonjour lecteurs (et lectrices), je me présente donc : Daniel, 34 ans, rédacteur et graphiste de la revue Chéribibi consacrée aux cultures populaires (musique, cinéma, théâtre, littérature,…) c’est-à-dire à tout ce qui est produit sincérement et non-pas par des laboratoires à l’affût du chiffre d’affaire adéquat.

Racontez nous l’aventure de ‘CHERIBIBI’? Que représente l’association ‘On y va’ ?

Le Chéribibi, en tant que fanzine, est né en 1991. C’était alors un zine de lycéens causant de ciné (Mélies, bisseries, etc), musique (punk rock principalement puis ska reggae) et autres coups de gueule « politiques ».
En 2005/2006, après une quinzaine de n°, on a décidé de passer à la vitesse supérieure et d’éditer une vraie revue autant éclectique que faire se peut. L’asso ON Y VA a été créée pour être le support légal de la revue.

Quels sont vos collaborateurs et leurs fonctions?

Principalement, la revue tient via deux personnes : moi-même (qui gère le contenu et la maquette) et Blades qui s’occupe des comptes et de la distribution. Après, de nombreux collaborateurs (rédacteurs, dessinateurs, photographes,…) sont invités à participer selon les sujets. On peut donc compter dans l’équipe de nombreuses personnes actives par ailleurs dans le fanzinat, la radio, voire la « grande presse » (mais c’est plus rare).

Le n°4 devait sortir en Mars. Vous proposez sur votre site des abonnements pour 4 numéros par an. Une parution trimestrielle doit être un sacré chalenge?

Non, en fait nous sommes semestriels. On s’est en effet aperçu que, même si malgré nos salariats respectifs on arrivait à sortir un n° tous les 3 mois, le temps de faire les dépots en boutique, de récolter l’argent des ventes prenait si longtemps qu’on ne pourrait payer l’impression d’un n° tous les 3 mois. Donc l’abonnement pour 4 n° couvre une période de deux ans : 20 ou 30 euros (normal ou soutien) à sortir tous les deux ans pour 92 pages de culture populaire tous les 6 mois c’est correct non ?

Avez-vous écrit des articles pour d’autres revues ou fanzines ?

Outre le fait que nous avons plusieurs « fanzineux » dans nos auteurs (notamment Maz de Meantime, zine punk-rock à St Etienne, ou Fred d’Earquake, zine punk mythique des Vosges), j’ai moi-même eu l’occasion de collaborer à d’autres zines, surtout dans le circuit punk-rock, il faut bien le dire (Une Vie Pour Rien ?, Mauvaise).
Par ailleurs, j’ai par le passé fait des piges pour la « grande presse » reggae (L’Affiche, Reggae Massive). Ce qui m’en a vacciné !!!

Quels sont les actions, fonctions ou articles (pour le cinéma) dont vous êtes le plus fier.

Déjà, il faut dire que depuis tout petit je suis un grand fan de ce qu’on appelle maintenant le cinéma « de genre ». Tous les dimanches, mon père m’amenait sur les Grands Boulevards ou vers Pigalle voir un ou deux films westerns ou péplum. Je me rappelle ainsi du Hollywood Boulevard, le cinoche de René Château, ou du Brady… d’ Hercule contre les squelettes ou de maintes avatars de Trinita… L’envie donc d’écrire sur le ciné n’est pas nouvelle.
Au niveau professionnel, j’ai pu notamment, ces 10 dernières années, assurer la programmation en banlieue parisienne de festoches consacrés à la SF ou au kung-fu. Avec le Chéribibi, l’idée est de causer de tout ce ciné bis qui me fascine, ce dans ses aspects « planants » aussi bien que dans ses ressorts politico-sociaux. Et consacrer un dossier au Western Zapata (in Chéribibi n°2) ou au pendant « syndicaliste » du kung-fu (Chéribibi n°3) me fait particulièrement kiffer. Mais exhumer le cinoche jamaïcain (Chéribibi n°1) ou des films rares voire invisibles dans notre rubrique Bobines Chéries fait également tout mon bonheur de « cinéphile de l’extrême ». D’ailleurs je réponds en ce moment même au présent questionnaire avec en fond la musique du Rocky Horror Picture Show, c’est dire !
Le n°4, qui devrait être sorti à l’heure qu’il est, traitera de la blaxploitation « politique » et j’ai encore sous le coude maintes sujets cinéphiliquement passionnants…
Restez à l’écoute, abonnez-vous !

Merci à l’équipe de Revue de cinéma.net pour la petite causerie et longue vie à la presse alternative !

Propos recueillis par JLuc G, en avril 2009
copyright ©2006-2009 / Revues-de-cinema.net