CINEMAGFANTASTIQUE
par Damien TAYMANS.

 Cinemagfantastique n°1



 Cinemagfantastique n°1



 Cinemagfantastique n°1



 Cinemagfantastique n°1



 Cinemagfantastique n°1



 Cinemagfantastique n°1



 Cinemagfantastique n°1



 Cinemagfantastique n°1



 Cinemagfantastique n°1



Damien Taymans nous a accordé un entretien pour le lancement de la nouvelle revue CINEMAGFANTASTIQUE (Celle-ci sera présente au kiosque de la liberté, à Toulon).

Comment êtes-vous arrivé dans le monde de la critique cinématographique?

Je suis arrivé dans le monde de la critique un peu par hasard et n'ai pas suivi de cursus lié au cinéma. Je me suis contenté de suivre des études universitaires littéraires et de forger ma culture cinématographique à partir de lectures de biographies et d'analyses consacrées au septième art et des quantités astronomiques de films que j'ingère mensuellement.

Vous rappelez-vous de votre premier article ? De votre 1ere collaboration ?

Mes premiers articles sous forme de critiques de films sont nés en même temps que le webmagazine « Cinemafantastique » dont je suis rédacteur en chef depuis plus de cinq ans. Ma première livraison professionnelle remonte désormais à l'année 2009 : c'était un compte-rendu du festival du film fantastique de Bruxelles (BIFFF) rédigé pour L'L'Ecran Fantastique. J'ai beaucoup appris grâce à Alain Schlockoff, le rédacteur en chef du magazine, qui continue encore aujourd'hui à être un conseiller extrêmement éclairé.

Vous allez lancer un nouveau semestriel Cinemagfantastique dans quelques jours. Quelle est votre motivation ? Cela est un complément logique à votre site www.cinemafantastique.net ?

En réalité, Cinemagfantastique est, dans mon esprit, un semestriel temporaire. A long terme, j'aimerais que la revue soit publiée à un rythme plus élevé. Mais l'expérience de ce premier numéro vient de me prouver que c'est une entreprise fastidieuse et qu'il faut se montrer aussi ambitieux que prudent pour réussir à atteindre ses objectifs. Disons que j'espère personnellement parvenir à une publication trimestrielle d'ici à deux ans et, par la suite, la domination pure et simple du monde (rires).
La revue est un complément au webmagazine que nous alimentons quotidiennement depuis cinq ans. On y retrouvera donc des chroniques traditionnelles du site comme Le loup derrière la bergerie, consacré au cinéma « rose », ou Orient express, dédié au cinéma asiatique. Mais de nouvelles chroniques, propres au magazine, naîtront avec ce premier numéro comme « C'est arrivé près de chez vous » focalisée sur le cinéma de genre de Belgique et de France.

Racontez-nous la genèse de cette revue. Est-ce facile aujourd'hui de sortir un magazine ? Quelles embuches avez-vous dû surmonter ? La collecte par internet était une idée originale.

L'idée vient au départ d'un de mes plus fidèles collaborateurs, Samuel Tubez. L'idée était restée au fond des tiroirs : je souhaitais attendre que les conditions atmosphériques soient favorables pour me lancer dans l'aventure. Ces derniers temps, vu le succès que rencontre le webmagazine, j'ai compris que le temps était venu de se jeter à l'eau.
Contrairement à ce que je pensais, la mise en marche d'un magazine est tout sauf facile. Comme le rappelait Alain Schlockoff dans un de ses derniers éditos, pour être rédacteur en chef de magazine, il faut vivre dans l'avenir et se projeter en avant pour que le contenu soit cohérent avec le moment de sa publication. D'autant plus lorsqu'on fonctionne avec une publication semestrielle : la sortie officielle étant fixée au 2 avril 2012, il fallait, dès le mois de janvier, dresser une esquisse de son contenu et, par la suite, nous avons dû nous adapter à la réalité du terrain (sorties de films repoussées, projets avortés).
L'idée de la collecte m'a été suggérée par un pote qui venait lui-même d'en valider une sur le site kisskissbankbank pour son prochain film (Fièvre, ça va être vachement bien !). C'est pour moi une première bataille gagnée et la preuve que les lecteurs continuent à nous soutenir dans cette transition.

Quels vont être vos collaborateurs ? Ils vont avoir un rôle défini ?

Les collaborateurs sont ceux qui officient déjà dans le webmagazine : « on ne change pas une équipe qui gagne », rappelle l'adage. Si Alan Deprez et Sébastien Lecocq reprennent respectivement leurs chroniques du site, Le loup derrière la bergerie et Orient express, les autres chroniques reviennent aux autres membres de l'équipe désignés lors des réunions de notre comité de rédaction. Tout le monde met la main à la pâte et fait preuve d'initiatives : c'est un vrai plaisir de collaborer avec des bénévoles aussi passionnés.

Quelles revues et/ou fanzines (de cinéma) lisez-vous actuellement ? Comment les trouvez-vous ?

Les deux gros magazines français sur le genre, Mad Movies et L'Ecran Fantastique, qui sont, contrairement à ce que la majorité pense, complémentaires. Puis, il y a Empire , qui pour moi reste le nec plus ultra en matière de presse-cinéma. Et des fanzines-magazines spécialisés comme Horrorhound, Metaluna, Sep7ième dimension ou d'autres moins « orientées » comme Manivelle. La sanction est simple : quand je ne suis pas convaincu par l'une ou l'autre revue, je ne l'achète plus (rires).

Quels sont vos projets pour cette année ?

Publier les deux premiers numéros de Cinemagfantastique et, entre les deux, me reposer. Et puis, continuer à faire vivre, au côté de mon équipe, le webmagazine et à sillonner les festivals spécialisés.


Propos recueillis par JLuc GAIGNEPAIN, en février 2012
copyright ©2006-2012 / Revues-de-cinema.net