CUGNY Laurent

Février 73 (n°01)



Février 74 (n°06)



Février 75 (n°11)



Février 76 (n°17)



Février 77 (n°24)

Ce musicien de jazz et professeur (docteur en musicologie) à l'université Paris-Sorbonne Paris IV, a aussi pratiqué le 7e art. Il a réalisé deux CM: 'Analytique: un meurtre' (1978) et 'Exit' (1979) et a été rédacteur dans la revue Cinématographe. C'est sur ce parcours que nous l'avons interrogé.

Vous avez un parcours scolaire orienté vers le cinéma? Par passion?

Oui, bien sûr.

Comment s'est passé votre collaboration pour la revue 'CINEMATOGRAPHE'?

Très bien, de mon point de vue en tout cas. C'est un excellent souvenir. Jacques Fieschi le directeur était charmant, drôle et intelligent, l'équipe était composée de gens très agréables (dont Philippe Carcassonne par exemple). On voyait des films ensemble, ce que j'appréciais beaucoup. Quand un dossier était en vue, la revue réservait un cinéma, collectait des copies et on voyait une dizaine de films dans le week-end. Je me souviens notamment du dossier sur la Qualité française où j'ai découvert en une fois une quantité de films que je ne connaissais pas.

Vous rappelez-vous de votre premier article?

J'aimais bien cette revue à l'époque (1976-1977). Je la trouvais moins absconse que Les Cahiers du cinéma (que je lisais aussi). Un jour, j'ai pris l'initiative d'envoyer un texte, sans qu'on m'ait rien demandé. Je ne me souviens plus à propos de quel film. J'ai reçu alors un coup de téléphone de Jacques Fieschi, qui m'a proposé de venir le voir. Il m'a alors proposé de chroniquer " Encounters of the Third Kind " (" Rencontres du troisième type "). Ce doit être ma première chronique.

Depuis 1980, vous avez délaissé le cinéma pour la musique. Parlez nous de vos activités musicales?

J'ai été d'abord musicien, de jazz en l'occurrence, pianiste et arrangeur. J'ai notamment joué et enregistré avec Gil Evans, puis dirigé l'Orchestre National de Jazz de 1994 à 1997. Puis je me suis dirigé vers la carrière universitaire. Je suis maintenant professeur à l'université Paris-Sorbonne Paris IV et j'essaie de continuer parallèlement une activité de musicien.

Vous écrivez encore des critiques cinématographiques?

Non, je n'ai plus jamais écrit sur le cinéma après cette collaboration à Cinématographe.

Vous avez aussi réalisé un court-métrage? Quel souvenir en gardez-vous?

J'en ai réalisé deux en réalité. Souvenir mitigé. J'avais aimé cela, mais en même temps, j'avais du mal avec le fait qu'on passait son temps à parler de cinéma, à imaginer des films, et à n'en faire presque jamais. Par ailleurs, certainement, je sentais bien, confusément, que je n'étais pas fait pour cela.

Quels sont les actions, fonctions ou articles (pour le cinéma) dont vous êtes le plus fier.

Je ne suis fier de rien, car je n'ai presque rien fait dans ce domaine. Je peux dire que j'ai apprécié les gens que j'ai pu rencontrer à ces occasions et les bons souvenirs que j'ai de ce passage à Cinématographe.

Propos recueillis par JLuc G, en février 2009
copyright ©2006-2009 / Revues-de-cinema.net



PS: Vous pouvez aussi le retrouver sur son espace MySpace.