TRIOLLET Christophe
( 16/06/1969 )

Darkness Fanzine n-11


Darkness Fanzine n-10


Darkness Fanzine n-09


Darkness Fanzine n-08


Darkness Fanzine n-07


Darkness Fanzine n-05


Darkness Fanzine n-03


Darkness Fanzine n-01

Christophe Triollet est revenu au fanzinat avec un DARKNESS n°11 remarquable. Entouré de collaborateurs spécialisés, il a abordé dans cet opus "la violence et la censure au cinéma". Un succès mérité que le prochain opus devrait naturellement connaitre.

Notre dernier entretien date de 2 ans1. Depuis vous avez sorti le remarquable Darkness Fanzine n°11 consacré à la violence et à la censure au cinéma. Un travail qui vous a demandé une année ?

Pour tout vous dire, je suis agréablement surpris de l'accueil réservé au retour de « Darkness » sur la scène du fanzinat. Le numéro s'est arraché ! En à peine un mois, le premier tirage réalisé par l'association Sin'Art a été épuisé. Je tiens à cette occasion à remercier une nouvelle fois André Quintaine pour avoir accepté d'éditer et de distribuer le fanzine sans avoir préalablement lu une seule ligne du projet que je souhaitais monter. La confiance a été le ciment d'une aventure passionnante, suscitée par l'envie de reprendre la plume. L'idée de sortir un onzième numéro tout entier consacré à la censure au cinéma a germé dans mon esprit voilà un peu plus d'un an.

Vous avez décidé de décomposer cet ouvrage en 3 volets. Quand va sortir le n°12 ? Sur quel thème ?

Il me semblait en effet compliqué de mettre dans un seul numéro, l'ensemble des réflexions nées de l'analyse de la problématique de la censure au cinéma. C'était prendre le risque d'être réducteur et pas assez précis. D'être limité par l'épaisseur de la revue et le temps nécessaire à lui consacrer. Du coup, j'ai opté pour décomposer mon travail en trois volets : la violence, le sexe, la politique et la religion. Le prochain numéro, en préparation avancée, sera donc entièrement consacré au sexe et à la censure au cinéma en France. La sortie est d'ores et déjà programmée d'ici à la fin de l'année.

Vous avez fait appel à des collaborateurs (Jean Baptiste Guegan, Bernard Joubert, Didier Lefevre, Norbert Moutier.) qui ont tous été tout de suite partant ? Quelles consignes avaient 'ils ?

Partant d'abord avec l'intentien de travailler seul, comme je le faisais il y a plus de vingt ans, j'ai très vite mesuré la nécessité d'ouvrir la réflexion à d'autres que moi. J'ai alors contacté des personnes dont j'avais lu les travaux sur le sujet. Des amis (Bernard Joubert, Didier Lefevre) mais aussi et surtout des gens que je ne connaissais pas personnellement. Et j'ai trouvé incroyable que chacun d'entre eux ait, d'emblée, répondu favorablement à ma proposition de collaboration. Du coup, des juristes, des cinéphiles et des journalistes ont rejoint le projet avec pour unique consigne, de livrer une vision originale sur la violence et la censure au cinéma. Le résultat a dépassé mon espérance et aujourd'hui, je ne suis pas peu fier du travail que nous avons réalisé tous ensemble.

Vous avez sollicité de nouveaux collaborateurs pour les prochains volets ?

Oui, bien évidemment. Lucas Balbo - le fanéditeur de Nostalgia et le coauteur du livre "Les classiques du cinéma bis" publié aux éditions du Nouveau Monde - Laurent Garreau - l'auteur du remarquable "Archives secrètes du cinéma français" édité aux PUF - ou encore Alan Deprez - réalisateur et critique sur le site cinemafantastique.net. Et puis il y aura d'autres surprises que vous découvrirez lors de la sortie du 12ème numéro de « Darkness ».

Y'aura-t-il des entretiens dans les prochains volets ?

Ovidie nous a fait de plaisir de nous parler de son film « Histoire de sexe(s) » et des démêlés avec la Commission de classification en 2009. Raffaela Anderson a accepté de nous évoquer le tournage de « Baise-moi ». Vous devriez également lire un entretien avec le tout nouveau président de la Commission de classification des oeuvres cinématographiques. D'autres interviews sont aujourd'hui encore en cours de négociation.

Quelles revues (de cinéma) lisez-vous actuellement ? Comment les trouvez-vous ?

Je ne suis pas un lecteur régulier et fidèle d'une revue en particulier. Alors je lis Mad de temps à autre, « L'Ecran » ou encore les fanzines Torso et Manivelle. Je vous encourage aussi à découvrir l'excellent travail de mon ami graphiste et photographe John Capone, contenu dans le très beau livre « Sac à cadavres ». John a réalisé la couverture incroyable de « Darkness » n°11 et devrait prochainement concevoir celle du douzième numéro.

Propos recueillis par JLuc G, en avril 2011
copyright ©2006-2009 / Revues-de-cinema.net

Nota:
1_Lire l'entretien qu'il nous accordé en mars 2009.