Thierry CORMIER

Eclipses n-44



Eclipses n-43



Eclipses n-42



Eclipses n-41

C'est à l'occasion de la sortie de la revue Eclipses consacrée à Jean-Pierre Melville que nous avons fait connaissance avec Thierry Cormier.

Quelles études avez-vous suivies pour devenir ‘Docteur’ en Etudes cinématographiques? Pendant votre scolarité, avez-vous eu des activités dans le cinéma ?

J'ai suivi un parcours universitaire assez classique. D'abord des études en histoire de l'art, puis en lettres modernes et enfin en arts du spectacle (à noter que j'ai renoncé depuis peu à ma thèse).
J'ai effectivement travaillé, notamment dans une salle de cinéma ou pour des festivals et rencontres, durant mes études.

Vous avez codirigé le dernier numéro d’ECLIPSES avec Youri Deschamps, sur Jean-Pierre Melville. Comment s’organisait le travaille au sein de la rédaction ?

Simplement. Il s'agissait d'échanges et de corrections sur les textes (après une première lecture par Youri Deschamps), ainsi que sur l'organisation générale du numéro (sommaire, définition des parties...)

Vous collaborez aussi avec CONTREBANDE, CINEMACTION, IRIS… Comment cela se passe t’il ?

Dans la plupart des cas, il s'agit, comme pour Eclipses, d'appels à contributions nationaux. Dans le cas d'Iris, la proposition émanait de notre directeur de thèse.
Il y aussi les actes de colloques (la communication donnant parfois lieu à une publication, c'est le cas pour Cycnos, par exemple, ou bien les Editions Bragelonne avec "science-fiction et imaginaires contemporains").

Actuellement, vous préparez un nouveau livre ?

Non. Plutôt des participations à des ouvrages collectifs ou à des revues.
Je viens de monter ma propre entreprise (« collateral ») qui a pour vocation, la formation, l'expertise, l'aide à la création, la production, la promotion et la recherche autour du cinéma et de l'audiovisuel.

Quelles sont les actions, fonctions ou articles (pour le cinéma) dont vous êtes le plus fier.

Pour Eclipses, je pense que le numéro sur Verhoeven est celui dont je suis le plus satisfait, en tant que coordinateur du numéro.
Dans les actions menées, il y a, notamment, la mise en place d'un nouveau type de ciné-club dans lequel les spectateurs devenaient acteurs de leur propre formation : on pourrait dire un ciné-club collaboratif...
Dans mes fonctions, j'espère que je vais pouvoir tirer une certaine fierté de l'entreprise que je viens de créer !...

Propos recueillis par JLuc G, en juillet 2009
copyright ©2006-2009 / Revues-de-cinema.net