Bertrand VAN WONTERGHEM

Euro bis n°15



Euro bis n°13



Euro bis n°11



Euro bis n°9



Euro bis n°7



Euro bis n°5



Euro bis n°3



Euro bis n°1

Laurent Faiella, notre spécialiste des revues et fanzines belges a obtenu un entretien avec le créateur et rédacteur en chef du fanzine 'EURO BIS'. Le monde du fanzinat regorge véritablement de passionnés.

Quels étaient tes objectifs avec la création d'Euro Bis.

Au départ c'était une simple collaboration pour un projet dans la lignée des fameux cahiers "20 ans du western européen" d'Alain Petit. Malheureusement le projet ne s'est pas concrétisé.
Comme il semblait y avoir une demande pour les sujets touchant au western européen, étant grand amateur du sujet et possédant une assez abondante documentation (films, images, filmographies), j'ai décidé de me lancer dans l'aventure d'un fanzine. J'ai également eu la chance, grâce à Mary Spooner, d'entrer en contact épistolaire (e-mail) avec l'acteur américain Michael Forest. Il accepte de répondre à quelques questions sur sa carrière européenne et me voilà prêt pour le numéro 1.
Diana Hale, l'épouse de Michael Forest me donne les coordonnées de l'acteur Tony Russel. Je tombe sur une personne d'une gentillesse extrême qui s'épanche sur sa carrière européenne avec de nombreux détails pour chacun des tournages. Je pouvais enchaîner deux numéros et débutais la chronique "in memoriam". Puis me prenant au jeu et grâce à l'assistance de diverses personnes pour l'un ou l'autre dossier (par exemple Matthieu Letourneux pour "Emilio Salgari" ou Antoine Vigneau pour "OSS 117") et à de chaleureux encouragements de nombreux lecteurs, je continue à enchaîner les numéros.

Quelles sont les difficultés rencontrées pour réaliser ce fanzine.

Surtout trouver le temps, parfois l'envie, de visionner les films, de se documenter correctement, d'écrire les textes ou les filmos. Puis rassembler le tout, faire la mise en page et puis passer à l'impression.

Travailles-tu seul ? Fais-tu appel à des collaborateurs?

Plusieurs personnes ont collaboré au fanzine soit de manière passagère (Christophe Bier, Lucas Balbo, Mario Marsili, Matthew Blake, Nils Markvardsen…) soit plus régulièrement au fil des numéros (John Mansell pour la rubrique musicale ou Robert Monell). Je peux également compter sur Quentin pour la correction des textes en français.
Evidemment toutes les bonnes volontés sont les bienvenues pour collaborer au fanzine.

Tu as fait 2 n° spéciaux "In Memoriam". Etait-ce une façon de rendre hommage à tous ces acteurs?

Tout à fait. Nombre de ces acteurs étaient très populaires voire de grosses vedettes à l'époque. Malheureusement rares sont les personnes qui se font encore l'écho de leur disparition. Sur le net on trouve les sites "le coin du cinéphage", "les gens du cinéma" ou encore le site anglais "britmovie". Quant aux autres médias (journaux, télévision, radio…) quelques banalités assenées en fin d'émission et hop on passe au générique de fin. Avez-vous entendu ou lu des hommages, dignes de ce nom, pour les récents décès de Jean Martin, Edmund Purdom, Evelyne Kraft, Kathleen Byron, Marie Glory (c'est vrai qu'elle décède à l'âge de 103 ans !! qui se souviendrait encore de cette actrice), Philippe Nicaud, Betsy Blair, Vania Vilers ou les réalisateurs François Villiers, Jack Cardiff, Ken Annakin ?

Penses-tu que le cinéma bis a été et est encore sous-estimé?

En fait il n'a pas été sous-estimé mais simplement ignoré, rejeté par une certaine intelligentsia qui trouvait là matière à faire une campagne de dénigrement du cinéma populaire. Le contre-coup fut l'éclosion de nombreux fanzines à partir de la fin des années soixante.
Actuellement un vent de folie souffle sur tout ce qui touche au cinéma fantastique ou asiatique, deux grandes tendances du cinéma bis. Mais encore une fois on ignore les bandes fauchées ou les direct to DVD provenant de l'autre côté de l'atlantique avec des noms comme Charles Band, Jim Wynorsky, Don 'the dragon' Wilson, Dolph Lundgren, Lorenzo Lamas… Idem pour l'Europe où seuls quelques films de la production italienne, allemande ou espagnole parvienne sur les écrans de cinéma. L'Italie, par exemple, fournit encore plusieurs comédies chaque année avec des noms comme Lino Banfi, Carlo Vanzina, Diego Abatantuono, Nino Frassica, Silvio Orlando... Mais elles sont très rarement distribuées en dehors du pays. Par contre le cinéma populaire turc est enfin mis à l'honneur grâce à la maison d'édition Onar Films. Et nous pouvons maintenant frémir devant les aventures des Tarzan, Superman, Killink ou autres Swing mitonnées à la sauce turque.

Tu as quoi en préparation pour les numéros prochains?

Le numéro 16 est dédié au réalisateur Osvaldo Civirani. Les rubriques habituelles (in memoriam, film music focus avec l'interview du compositeur Marc Wilkinson, petit dossier sur Edward Judd, addenda errata…).
Sous réserve, le numéro 17 sera un spécial espionnage (le gorille et Jerry Cotton).

Propos recueillis par Laurent F. pour 'Revues-de-cinema.net', en mai 2009
copyright ©2006-2009 / Revues-de-cinema.net