HYSTERICAL
Entretien avec Emmanuel LE GAGNE
daté du 18-12-2007


n°8

Emmanuel Le Gagne a bien voulu répondre à nos questions. Avec passion et sincérité, il nous parle de son fanzine.

Quels étaient vos objectifs à la création de Hysterical?

Au départ, le fanzine est né d'un délire avec deux potes. Il n'y avait d'ailleurs pas de fanzine prévu. Seulement des soirées "bis" organisées une fois par mois. Au début, j'essayai de dégoter les trucs les plus atroces à voir, les zèderies les plus surréalistes possibles. Dans cet état d'esprit ,on a ainsi vu Turkish, star wars, Mon curé chez les nudistes, d'obscurs nanars avec Mark Dacascos, une flopée de productions Nue Image et j'en passe. J'avoue, je m'en suis un peu lassé. J'aime bien écrire sur le cinéma que j'aime. Donc j'ai orienté le fanzine vers le bis de qualité, ou du moins celui que j'aime. Ca m'a permis de parler de Larry Cohen, Roger Corman, Marghereti, Jean Rollin, Jess Franco, bref tout une série d'artisans que j'admire profondément... Et puis, depuis quelques temps, j'évoque des films plus sérieux, soit parce qu'ils sont cultes soit parce qu'ils sont rares ou spéciaux, comme le récent Taxidermie.

Quelles étaient les personnes à l'origine de ce fanzine et leur rôle?

Nous étions 3 au départ avec trois rôles bien distinctes. Sébastien s'occupe de la mise en page, Arnaud des dessin et moi du contenu. Voilà; Depuis, Arnaud a cédé sa place à deux autres dessinateurs.

Quelles sont vos collaborateurs actuels et leur rôle dans Hysterical?

Peu de choses ont changé. J'écris environ 90% du contenu. Sébastien est toujours présent pour la mise en page, qui demande énormément de travail. Des potes présents dans les soirées écrivent aussi leur petite critique de temps à autres. J'ai néanmoins des propositions à l'avenir. Mais ça impose un changement de ton certain, un relookage. J'y réfléchis fortement.

Quels sont vos objectifs pour l'année 2008?

Je vais essayer de sortir au moins deux numéros qui franchiront la barre des 45 pages. Je n'ai pas trop le temps en ce moment mais j'aimerai m'investir davantage et trouver des sujets intéressants. L'interview est par exemple le meilleur moyen d'évoluer pour une revue. On rencontre des réalisateurs qui peuvent vous présenter à d'autres artistes. C'est assez stimulant. Même si ma frustration est d'être super nul en Anglais parlé. Je dois me cantonner d'interviewer des réalisateurs français. C'est assez dommage. Un passionné de bis qui parle italien ou anglais, voilà ce qu'il me faudrait idéalement dans l'équipe. Je souhaite aussi varier les genres de plus en plus et réaliser des dossiers sur le western italien, la comédie sexy, le péplum.

Pensez-vous que le fanzinat est une forme de contre-culture ou une obligation économique?

Ouais, d'une certaine façon le fanzinat fait partie de la contre-culture, souvent qualifiée de sous-culture. Un fanzine est cependant une histoire de passion, créé par quelques malades qui ne se retrouvent pas dans le cinéma institutionnel. Je n'ai rien contre les revues officiels, ni contre le cinéma classique ou d'auteurs, je suis même passé par là . Mes auteurs favoris ont été pendant longtemps Fritz Lang et Alfred Hitchcock. Ils le sont toujours d'une certaine manière. Mais mon regard a dévié, il s'est porté davantage sur un type de cinéma dont on ne parle presque jamais, même si un effet de mode temporaire semble indiquer le contraire. Inviter des gens comme Jess Franco, Jean Rollin ou Sergio Martino à la cinémathèque de Paris est tout de même très étrange. Parfois les mêmes qui méprisaient ces auteurs les encensent aujourd'hui pour des raisons un peu tordus. Il n'y a en tout cas aucune obligation économique. Ou alors l'appellation fanzine est hypocrite.

L'édition d'un fanzine est une lourde tâche. Comment vous-y prenez-vous pour gérer la publication et vos activités professionnelles?

Comme je peux. je travaille, j'ai deux enfants, je fais du sport, j'aime bien sortir aussi et je regarde énormément de films. Il ne me reste plus beaucoup de temps pour écrire bien sûr. Mais j'essaie d'écrire dès que j'ai un creux. D'autant que j'écrie régulièrement pour le site Cinetrange.

Le développement d'Internet est il un frein, un complément, une opportunité marketing, ou la fin des fanzines de cinéma?

Dans le cadre d'une distribution par un site comme Sin'art, Internet permet de faire Connaître Hysterical a d'autres personnes que le cercle d'amis. Comme je suis nul pour faire de la pub, l'opportunité d'être distribué par l'intermédiaire d'un site sur Internet est une chance pour nous. Même si on vend très peu, c'est un bon moyen de se faire connaître. En contre partie, la multiplication de webfanzine est un frein pour le fanzine papier qui reste payant.

A combien d'exemplaire sortez-vous Hysterical? Celui pour lequel vous avez reçu le plus de plébiscite de vos lecteurs? Combien avez-vous d'abonnés?

On doit sortir une cinquantaine d'exemplaire. En fait, j'en sais rien, étant donné que je ne gère plus cet aspect là depuis le numéro 7. C'est peu je sais. Nous n'avons pas réellement d'abonnés puisque le fanzine est distribué directement en ligne. J'ai eu quelques encouragements, notamment de la part d'Alain Petit et d'André Quitaine. mais de là à parler de plébiscite.

Lisez-vous d'autres revues de cinéma et/ou des fanzines consacrés au cinéma?

Oh oui, je dévore les revues. Même les plus commerciales comme Première. Évidemment, je lis Mad movies depuis plus de 20 ans. Je l'achète machinalement même si je ne me retrouve pas toujours dans le contenu proposé. J'achète aussi de temps en temps Les cahiers du cinéma, Positif, L'écran fantastique. Je suis très ouvert en fin de compte. ma passion pour le bis et le cinéma fantastique au sens large, ne m'empêche pas d'aimer pleinement des auteurs comme Jean Pierre Melville, John Ford, Akira Kurosawa ou Luis Buñuel. Je redécouvre aussi en ce moment un certain cinoche de mon enfance avec les films de Belmondo et Alain Delon. Pas les classiques mais les divertissements du Samedi soir type Big guns, Flic story, L'alpagueur ou Le marginal.

Envisagez-vous de créer un site Internet?

Moi non. Pas tout seul. Je suis nul en informatique. Mais si quelqu'un se sent prêt à m'aider pourquoi pas. Après le problème avec un site, c'est qu'il est nécessaire de l'alimenter régulièrement. Trop de sites se créent et stagnent au bout de trois quatre mois. Je ne vais pas me précipiter dans ce sens. Je reste très attaché à la presse écrites, aux bouquins sur le ciné. j'aime le papier. Et j'aime pouvoir lire un fanzine allongé dans mon lit en sirotant une bonne bière. Internet est moins confortable. Je consulte plus que je ne lis vraiment. Internet me sert en faît à commander des DVD. Sur ce plan, il s'agit d'un outil inestimable.

L'EQUIPE:
(en décembre 2007)


Directeur de Publication
Emmanuel LE GAGNE



Animée par l'Association Planète croûte.
Association à but non lucrative, régie par la loi du 1er juillet 1901.
Déclarée au JO la 27 janvier 2006



Editée par l'Association Sin'Art.



Comidé de rédaction
Emmanuel LE GAGNE (Tovolli)
Sebastien CARRERA (Zoltan)
Arnaud FROMENTOUX (Ralph)
Erwan VAUTHRIN (Alain Fidèl)
Adrien LOMAS (DriX)
Derrien JEROME(Djé)
Fabien DESINDE
Noël ERIC
Jerome SPENLEHAUER
ZEBULON
n°07
n°06
n°05
n°04
n°03
n°02
n°1