GRENIER Lionel

Manivelle n°01



2009



Octobre 2008 (n°7)



Site sur Fulci



2005



Cinefils



Cinetudes



Octobre 2008 (n°7)

C'est à l'occasion du lancement de sa nouvelle revue de cinéma Manivelle que Lionel Grenier nous a accordé, deux après, un nouvel entretien (voir le précédent).

Nous nous sommes rencontrés en décembre 2008, pour votre participation dans le fanzine Sep7ieme dimension. Vous serez toujours dans le comité de rédaction du numéro 11 (sortie prévue cet été) ?

Non, je ne participe plus à Sep7ième Dimension. J'ai apprécié l'équipe et l'aventure mais je crois qu'il était temps de passer à autre chose.

En juin, vous avez décidé de lancer Manivelle. Pourquoi ?

En fait, le projet était dans ma petite tête depuis fort longtemps. Il a fallu réfléchir à cette revue de manière très précise afin de convaincre d'éventuels rédacteurs. Ensuite, j'ai créé la structure (Les Cinéphiles Associés) pour éditer Manivelle. La structure créée, nous avons fait les démarches nécessaires auprès de l'INSEE et la BNF pour déclarer le titre officiellement.
Se lancer dans un projet, c'est toujours un combat contre l'imposture. D'abord celle des autres, car beaucoup se disent motivés et sérieux avant de se révéler. peu productifs voire néfastes. Et puis, il y a notre propre imposture. On se demande si on sera à la hauteur. Mais finalement, que ce soit dans la rédaction et dans l'administration, nous sommes une équipe très soudée. Quant à moi, j'espère que la revue plaira.
J'ai voulu créer Manivelle parce que je ne trouvais pas de revue dans laquelle je me reconnaissais. C'est cliché comme réponse mais voilà la pure vérité. Nous voulons défendre la notion d'auteur, dépoussiérer ce terme. On a trop tendance, aujourd'hui, à opposer les films dits « d'auteur » à ceux de genre. Comme si ces deux notions étaient forcément antinomiques. Le cinéma est avant tout de l'émotion, peu importe le genre, la nationalité ou l'âge de la réalisation. Alors, nous essayons de trouver un certain équilibre entre les cinéastes connus, peu connus et mésestimés. Je pense que le premier numéro reflète assez bien notre volonté.

Cette association « Les cinéphiles associés » a d'autres activités ?

Pour l'instant, la seule activité de la structure est Manivelle. Cela nous demande beaucoup de temps et d'énergie car nous voulons proposer une revue de qualité, aussi bien dans son aspect que dans son contenu.
Mais évidemment, il se pourrait que l'association s'investisse dans d'autres activités si la revue trouve une certaine stabilité financière.

Vous avez embarquez avec vous Adrien Clerc (Redac. chef de Torso), Julien Oreste (Torso), Guillaume Bryon (Rédacteur dans Cinétudes), Stéphane Pousse et Thomas Pujol. Cela a été facile de les convaincre ?

Je pense que quand on est passionné, on est ravi de participer à un projet avec d'autres passionnés. Après, bien entendu, je leur ai tous décrit le projet, la forme des textes que je désirais, les cinéastes qui me touchaient, etc. Nous en avons discuté ensemble car je souhaitais connaître les envies de chacun.
Adrien écrit déjà pour mon site luciofulci.fr et avec son comparse Julien, nous avons tous les trois des goûts musicaux assez proches. Alors, forcément, ça rapproche ! Nous travaillons agréablement ensemble, sans problème d'égo. J'ai écrit d'ailleurs pour le prochain numéro de Torso consacré à Mario Bava.
Guillaume, c'est en quelque sorte mon parrain. Il est le premier à m'avoir encouragé à écrire sur le cinéma. C'était à l'époque de Cinétudes. Je suis heureux de voir son nom et ses mots dans le premier numéro de Manivelle. Aujourd'hui, il écrit pour l'excellent webzine culturopoing.com.
Je connais Stéphane car j'ai fait de la radio avec lui. Il a participé au premier numéro. Thomas, je le connais par des copains communs. Il semblait motivé par le projet et l'a prouvé par la suite. Il est l'auteur du dossier principal du numéro deux consacré à Georges Lucas.
Depuis la sortie de la revue, de potentiels rédacteurs se manifestent.

Où en est votre projet de réédition de votre livre consacré à Léos Carax (dont vous consacrez quelques pages dans le n°1 de Manivelle)?

Le livre est quasiment fini. Mais le temps me manque pour peaufiner tout ça et les éditeurs ne bombent pas trop le torse ces derniers temps. Mais le livre sortira, c'est certain !

Vous avez d'autres projets littéraires ?

Un autre sur un cinéaste américain. Mais les journées sont courtes.

Quel sont vos projets dans le monde du cinéma, pour 2010 ?

Tout d'abord pérenniser Manivelle !
Ensuite, j'ai écrit sur Lucio Fulci et Clive Barker pour deux revues. Cela devrait sortir d'ici la fin de l'année. Torso doit sortir son numéro sur Mario Bava dans l'année. Et puis peut être la réalisation d'un modeste court-métrage.

Propos recueillis par JLuc G, en juin 2010
copyright ©2006-2010 / Revues-de-cinema.net




Si vous voulez continuer avec cet auteur prometteur et entreprenant, vous pouvez lire l'entretien qu'il nous a accordé en 2008.