Toutes les couleurs du bis
par Stéphane ERBISTI.

 n°02



 n°01



 n°02



 n°01



 n°02



 n°01



 n°02



 n°01



 n°02



 n°01



 n°02



 n°01



 n°02



Si le "Fanzinat" à connu sa période de gloire au début des années 80, il continue néanmoins a succiter des vocations. La dernière en date est la publication (déjà 2 numéros) du remarquable TOUTES LES COULEURS DU BIS (aux éditions Sin'Art). L'auteur/rédacteur en chef, Stéphane Erbisti a bien voulu nous parler de son fanzine.

Quel est votre parcours ? Comment êtes-vous arrivé à écrire sur le cinéma ?

Bonjour. Je n'ai fait aucune étude en rapport avec le cinéma. Juste un bac B, puis un BTS informatique de gestion que j'ai raté et enfin une école d'ambulancier. Aujourd'hui, je suis brancardier dans une clinique privé depuis 1997. Ma passion pour le cinéma date de mon enfance (« la dernière séance » avec Eddy Mitchell) et c'est surtout l'émission « Temps X » qui a fait naître en moi une passion pour le genre « fantastique ». La vision de la bande annonce des « Griffes de la nuit » en 1984 dans cette émission m'a littéralement scotché devant mon écran. J'avais 10 ans. Dès lors, j'ai commencé à découper dans Télé Poche tous les résumés et photos de films d'horreurs qui passaient sur Canal + ou au Cinéma de Minuit sur France 3 et à les coller sur un cahier. Je me relevais en cachette pour voir les films fantastique du cinéma de minuit ou le second film de La dernière séance. La vision de Boris Karloff maquillé en monstre de Frankenstein a été également une révélation. Mon père a accepté de m'emmener voir « EVIL DEAD » qui repassait dans un cinéma de quartier de ma ville. LE CHOC. Ensuite, tout s'est enchaîné très vite. A 12 ans, en 1986, j'ai eu à ma communion un lecteur VHS avec quatre films d'horreurs. Inscription à un vidéo club. Découverte de Mad Movies et de L'écran fantastique. Commande des anciens numéros de ces deux revues à chaque Noël, etc, etc. Avec l'arrivée d'internet, j'ai découvert des sites sur le cinéma fantastique et ça m'a donné envie d'en créer un moi-même. J'ai donc commencé un petit site (« Ciné Horreur ») ou je postais mes écrits. Le site est devenu Horreur.com en 2001 avec l'aide de Lionel Colnard. Entre-temps, j'ai aussi découvert les grands classiques hollywoodiens, le western, le film noir, le péplum, bref, tous les genres existant au cinéma. Je collectionnais les VHS, j'enregistrai tous les films qui passaient au Cinéma de minuit, etc. J'ai toujours aimé faire partager ma passion. L'idée de faire un fanzine a toujours été dans mon esprit mais ne s'est concrétisé que récemment, grâce à la proposition de Sin'art d'aider les fanéditeurs à concevoir leur fanzine.

Vous venait de concevoir 2 numéros de TOUTES LES COULEURS DU BIS. Qu'est-ce qui vous a motivé à vous lancer dans le fanzinat, à l'heure des blogs ?

J'ai commandé d'anciens numéros de MEDUSA à Didier Lefèvre. En les lisant, je me suis dis que c'était quand même vachement bien d'avoir des passionnés qui parlaient des films qu'ils aimaient dans une revue qu'on peut tenir dans ses mains. Internet, l'ordinateur, c'est super, je ne pourrais pas m'en passer mais lire un article sur un écran ou via un magazine, ce n'est quand même pas la même chose. Le PC ne remplacera jamais un livre ou un magazine. J'aime tenir l'objet dans mes mains. Et apparemment, vu le retour en force des fanzines et surtout vu l'engouement des acheteurs pour ce support, je ne suis pas le seul à penser ça ! Quand j'ai lu que Sin'art proposait d'aider à la création de fanzine, ça a été clair dans mon esprit : mon rêve de gosse, j'allais le réaliser ! On a toujours beaucoup d'appréhension lorsque sort le premier numéro. On se demande s'il va être bien accueilli, si ça va intéresser les gens. C'est stressant et exaltant à la fois.

Et en quoi consiste cette collaboration avec l'association Sin'Art ?

Torture psychologique, pressions diverses, humiliations quotidiennes ! Non j'rigole ! Avec Sin'art, ça se passe très bien et c'est assez simple en fait. Vous faites votre fanzine comme bon vous semble, sur le sujet que vous voulez. Sin'art n'impose rien à ce niveau. En ce qui concerne Toutes les couleurs du bis, je m'occupe de la création du fanzine, de sa mise en page, du choix des photos, des textes. Ensuite, je transmets le fichier PDF à Sin'art qui l'envoie à son équipe de correcteurs. C'est une phase importante car Sin'art veut éditer des fanzines de qualités et ça compte beaucoup pour eux que le fanzine ne soit pas bourré de coquilles. Donc c'est une phase qui prend aussi du temps. Une fois que les correcteurs m'ont renvoyés leurs corrections, je mets à jour mon fichier et je le renvoie une dernière fois à Sin'art pour que l'impitoyable Angélique Boloré fasse une dernière relecture et vérification ; Ensuite, Sin'art transmet le fichier à l'imprimeur qui va sortir un exemplaire test que je dois valider pour lancer les impressions. Franchement, c'est un énorme gain de temps pour le fanéditeur car mis à part la conception du fanzine, je ne m'occupe ensuite plus de rien, ce qui me permet de me consacrer au prochain numéro sans avoir à gérer l'impression, les commandes, les envois postaux. Tous ces éléments contraignants sont réalisés par Sin'art. Autre point important, je n'investi aucun argent dans mon fanzine, c'est encore Sin'art qui gère le budget. Et ça aussi, ça enlève une sacré épine du pied. Je me voyais mal dire à ma femme « euh chérie, je dois mettre dans les 700 / 800 euros dans l'édition de mon fanzine, c'est ok pour toi ? »
Sans Sin'art, Toutes les couleurs du bis n'aurait jamais vu le jour en format papier !

Quel sera le thème des prochains numéros ?

Après Edwige Fenech et Charles Bronson, le troisième numéro sera consacré cette fois à un genre du cinéma bis, la terrible Nazisploitation. Il sortira en septembre 2012. Le quatrième, qui est terminé sur mon ordinateur, sera dédié à Tobe Hooper. La sortie est prévue pour mars/avril 2013. Je pense que sortir deux numéros par an est déjà une bonne chose. En fait, le fanzine est fait à partir des films que je possède. J'ai donc pris ma liste de films et j'ai fait plein de classement divers (par acteurs, réalisateurs, sous-genres.) pour voir ce que ça pourrais donner. Avec ce premier jet, logiquement, on sera ensemble pour au moins une soixantaine de numéros. Mais comme on va tous mourir en décembre 2012 selon les Mayas, vous n'aurez eu la chance que d'avoir trois numéros du fanzine. C'est dommage. (rires).

A combien d'exemplaire ont été imprimé ces deux numéros ?

Alors le premier numéro a été édité à 100 exemplaires. Il a été épuisé en quinze jours approximativement. Sin'art a réalisé un second tirage du même nombre je crois. Le second tirage est aussi épuisé chez eux. Il doit en rester dans les quelques boutiques partenaires (Movies 2000, Gotham, Ciné Folie, Le kiosque de la liberté, Ciel rouge, Les films de la gorgone, Darakan.) qui en ont pris en dépôt-vente. Que les retardataires ne tardent pas trop ! (rires).
Le second numéro a été tiré à 130 exemplaires et a été épuisé en une semaine chez Sin'art qui en avait une soixantaine. Il est encore disponible dans les boutiques partenaires.

Vous aviez déjà collaboré à d'autres revues ou fanzines de cinéma ?

Je n'ai écrit qu'un texte sur l'actrice Tiffany Hopkins pour le Medusa 23. Sinon, le reste, c'est sur des sites internets ou sur mon blog ciné (http://lepetitcinemadestephane.blogspot.fr/) qui a servi de point de départ pour la création de mon fanzine. En faisant ce blog et en relisant des Médusa, je me suis dis que ça serait bien sympa de mettre mes écrits au format papier. Le premier jet du fanzine était donc totalement différent de ce qu'il est actuellement puisque j'avais regroupé des chroniques aussi diverses et variées que des westerns, des polars, des comédies, des films d'épouvante, des péplums, sans aucun thème précis. J'avais par contre inséré dix chroniques de films avec Edwige Fenech dedans, histoire de mettre un petit dossier thématique à l'intérieur. Et puis je me suis dis que c'était bête de ne mettre que dix films d'Edwige alors que j'en avais pleins d'autres. Les films de la déesse du cinéma bis ont donc commencé à remplacer les titres divers et à la fin, j'en ai parlé à André de Sin'art qui m'a dit que ça serait bien de ne faire qu'un fanzine sur Edwige. Avec l'ajout d'une biographie et de photos, ça a donc donné le Toutes les couleurs du bis numéro 1 que vous connaissez.

Quelles sont les revues ou fanzines de cinéma que vous lisez (ou avez lu). Comment les trouvez-vous ?

Je possède énormément de Mad Movies et d'Ecran Fantastique, mes deux revues de coeur. Actuellement, je n'achète plus que Mad Movies. Comme j'ai de plus en plus de mal avec le cinéma récent, je passe plus de temps à relire les anciens numéros que les nouveaux. Sinon, j'ai toute la collection des Midi Minuit Fantastique, tous les Fantastyka, les Toxic, les Vendredi 13 . J'achetai à chaque parution ces revues de qualités. J'aimais aussi beaucoup le magazine Vidéo 7 ou Starfix.
Niveau fanzine, j'aime beaucoup Manivelle, Medusa bien sur, mais aussi Torso, Cinétrange, Darkness, Hammer Forever.
Toutes ont leurs qualités propres. Certaines sont très poussées au niveau de l'analyse, tout l'inverse de ce que je veux faire avec mon fanzine, et toutes méritent d'être découvertes et soutenues car elles sont l'oeuvre de passionnés qui font un travail on ne peut plus sérieux. Et c'est aussi très bien d'avoir l'avis de « non professionnels », qui parlent avec leur coeur et leur passion. Ils nous font souvent découvrir des titres rares et méconnus.
En ce moment j'aime aussi beaucoup les fanzines mettant en avant les jeux de photos d'époque, comme la série des Creepy Images ou des Vintage Monsters.
Sinon, je possède aussi énormément de livres sur le cinéma, en français ou en anglais, et principalement sur le cinéma fantastique. En général, dès qu'un livre parle de cinéma fantastique, je l'achète. Pour l'anecdote, je reviens d'une brocante à l'instant et j'ai acheté un numéro de la revue du cinéma parce qu'il y avait « cinéma bis » d'écrit sur la couverture et j'ai aussi trouvé pour 50cts un livre sur la création du King Kong de 1933 ! Impossible de passer à côté.


Propos recueillis par JLuc GAIGNEPAIN, en mai 2012
copyright ©2006-2012 / Revues-de-cinema.net