CINEMA
(1954 - 1985/1992)


Cinéma 55(11/54)

La puissante Fédération Française des Ciné-Clubs (FFCC), forte de ses 180 clubs et 60 000adhérents, remplace en novembre 1954, son bulletin à diffusion interne : 'Ciné-Club' (1947-1951) par unerevue au format de poche : CINEMA 55 dirigé par P.BILLARD

Cette Revue, destinée aux animateurs,aux membres et aux public des ciné-clubs de la FFCC, n'a pour vocation que la découverte,l'étude et les connaissances dans l’actualité cinématographique. Refusant d’être une revue de chapelle ou de spécialiste, se voulant avant tout populaire, 'Cinéma' aborda tous les genres, les tendances, les époques… et tout ce qui constitua la culture cinéphilique.

Pendant sa première année Cinéma qui devient 56 puis 57, et qui a du mal à imposer son rythme mensuel (sept numéros entre novembre 1954 et la fin de 1956), peine surtout à trouver ses marques entre bulletin et magazine, à inventer sa spécificité de revue.

Une équipe de critiques se met progressivement en place, où on trouve des gens formés par les ciné-clubs, beaucoup sont enseignants (d’où souvent une approche pédagogique, donc sérieuse, documentée… et un peu triste).Si 'Les cahiers du cinéma' de la nouvelle vague et 'Positif' sont des machinesde guerre, 'Cinéma' a plus vocation d’être un lieu de formation, une école ou la cinéphilie est laïque. En 1957, on y enseigne un cinéma sans parti pris, avec une ouverture vers les cinématographies d’Europe de l’Est ou d’Amérique latine.

Au début des années 60, 'Cinéma' trouve un équilibre entre sa relation avec la FFCC, son ambition de créer un ‘guide du spectateur’ , et la dynamique propre d’une revue de large diffusion (24 000 exemplaires).

Les mouvements des années 68 verront s’affronter toute les revues sur l’interprétation a donner aux événements, à la critique et aux films. L’évolution de la revue étant très liée à celle de la politique de la FFCC, aux développements des salles d’art et essai et la fermeture de nombreux ciné-clubs, l’équipe rédactionnelle se divisera sur les suites à donner à la revue. Une partie des critiques (Claude BEYLIE, Guy Braucourt, Jean A. GILI, Guy HENNEBELLE,Rui NOGUEIRA et Max TESSIER) fondera 'Ecran' en janvier 72.

Très réservée, pour ne pas dire hostile aux recherches nouvelles sur l’analyse de film, 'Cinéma' apparaît à beaucoup comme le dernier bastions d'une conception cinéphilique (plus pédagogique que critique et où les analyses de fond l'emportentsur les comptes-rendus, contribuant à former à la critique les spectateurs, cassant ainsi la fascination au profit de la réflexion).

En 1979, c'est sans changement qu'elle est reprise par ETC (Editions Témoignage Chrétien).Les années 80 et leur lot de nouvelles revues, plus tendance et moins cinéphilique ('Première', 'Studio') seront fatal a cette revue, et ce, malgrès divers changements de rédaction, de format et de présentation. De plus, des mouvements internes suspendent la périodicité du magazine.
La revue s’éteindra dans les années 85 avec plus de 350 numéros.

Elle reprendra en septembre avec un nouveau format et passer d'une douzaine de pages à une trentaine (en 1987), mais elles'orientera vers une accumulation de compte-rendu de manifestations et quelques notules sur les films... ce qui marquera sa fin en 1991
...pour renaire de façon épisodique et squelettique (bimensuelle de 8 pages)?

Caractéristiques techniques


Adresse

49 rue du Faubourg Poissonière
75 009 PARIS

1ière parution:

Novembre 1954

Dernière parution:

1985 (puis 1992)

Périodicité:

Mensuelle, hebdomadaire (85 à 87) et bimensuelle (1992).

Nbre de numéros parus:

350 (jusqu'en 1985)

Format:

13,5 x 18, puis 16,5 x 24, et enfin 30 x 38(1985)

Pages:

10 à 30 pages

Prix:

?

Tirage:

?

Autre:

?
CINEMA n°42(1/60)
CINEMA n°92(1/65)
CINEMA n°142(1/70)
CINEMA n°194(1/75)
CINEMA n°253(1/80)

Principaux collaborateurs:




? (?)

Liens concernant la revue:


? (?)